A Toulouse, le public d’Ernest-Wallon chante « chocolatine » pour chambrer l’adversaire parisien

C’est une nouvelle bataille qui vient d’avoir lieu dans la « guerre » qui oppose la chocolatine au pain au chocolat. Et, samedi, c’est la chocolatine qui l’a emporté !

Le champ de bataille se trouvait sur la pelouse du stade Ernest-Wallon à Toulouse, où le Stade Toulousain a pulvérisé 53-17 son meilleur ennemi, le Stade Français. Et c’est un cri de victoire un peu particulier qui est descendu des travées de l’antre toulousain en fin de match: « Choco-latine, choco-latine, choco, choco, choco-latine! ». Un véritable hymne à la victoire face au pain au chocolat parisien dont les Toulousains en rouge et noir, valeureux défenseurs de ce particularisme linguistique régional, n’ont fait qu’une bouchée.

Et les 20000 bouches rassemblées autour du terrain vert – 13850 en réalité mais comme on est un peu Marseillais à Toulouse on arrondit à la dizaine supérieure – se sont délectées de ce chambrage en règle.

Il faut dire que le club toulousain avait bien préparé les choses en publiant dans la semaine une vidéo sur les réseaux sociaux où on voyait Maxime Médard en boulanger toulousain refusant de vendre un « pain au chocolat » demandé par un client vêtu du maillot du Stade Français. Un clin d’œil qui a permis de faire monter la pression à quelques jours du choc. Et c’est gagné ! La pression était en effet trop forte, samedi, pour un pain au chocolat trop tendre face à l’ogre toulousain.

[fb_pe url= »https://www.facebook.com/StadeToulousainOfficiel/videos/1499677733404602/ » bottom= »30″]

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.