Pain au chocolat ou chocolatine ? Un historien du pain révèle la vérité

C’est une guerre sans fin. Le nom de la viennoiserie électrise les débats depuis des décennies. Pain au chocolat, chocolatine ? C’est le reste de la France contre le réfractaire Sud-Ouest. Des historiens ont tenté d’apporter un élément de réponse qui permettrait un dénouement. Jean Lapoujade, est l’un d’entre eux.

Quand il s’est plongé dans la rédaction de son livre « Les mots du pain », publié en 2019, le boulanger toulousain a fait une découverte : le mot chocolatine est apparu au milieu du XIXe siècle. « J’ai régulièrement fait des recherches sur tout ce qui touche le pain. La baguette a été amenée en France par un certain Zang August, au milieu du XIXe siècle. Il avait également amené le croissant, qui commémore une victoire des Autrichiens sur les Turcs en 1 683.Une version au chocolat, ‘Schokoladeen croissant’, était également vendue », explique l’historien du pain.

« On ne sait pas expliquer pourquoi la chocolatine est restée dans le Sud-Ouest »

Entre l’accent autrichien « qui prononce les ‘d’ comme des ‘t’ et le nôtre, les Parisiens ont appelé la viennoiserie chocolatine » ; poursuit Jean Lapoujade. Pendant plusieurs dizaines d’années, la chocolatine a prospéré, loin de la menace du pain au chocolat.

Mais au début du XXe siècle, quand les pâtissiers ont revisité la recette en remplaçant la pâte à brioche par une pâte feuilletée, l’appellation a changé. « Les boulangers qui vendaient cette viennoiserie l’ont rebaptisée pain au chocolat pour qu’un lien soit fait avec leur métier. Ils ont également décidé de la renommer ainsi car elle se consommait au goûter et à cette heure-là, les gens mangeaient du pain avec un bout de chocolat », explique le propriétaire de trois boulangeries à Toulouse.

Bientôt les « raisintine » ?

Progressivement, la France adopte ce nouveau nom pour la viennoiserie. Sauf le sud ouest. « On ne sait pas expliquer pourquoi la chocolatine est restée dans la région », admet Jean Lapoujade. Selon lui, l’appellation chocolatine a du sens. « La viennoiserie n’a rien à voir avec du pain. Je propose une baguette au chocolat dans mes boulangeries, que j’appelle pain au chocolat », rit celui qui, après tout, estime que « le sujet ne vaut pas une polémique. Il y a des choses bien plus importantes dans la vie ». Jean Lapoujade n’exclut pas, qu’un jour, les pains aux raisins soient rebaptisés « raisintine » dans ses boutiques.

Source : www.ladepeche.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.